MAX

 

 

diable.jpg

Malgré huit albums de 1983 à 1988 Max PERAMONT, alias MAX, n'a pas laissé d'empreinte très profonde dans la BD, les reférences le concernant sont chiches et ce sont surtout deux pin's SAGGAY qui le rappelle à notre souvenir aujourd'hui.

MAX faisait partie de la "bande de la rue Blanche", association d'artistes, avec MEZZO ( Pascal Mezzenburg ), Michel PIRUS, Véronique DOREY et Denis LELIEVRE ( PIC ).

Une des deux pièces de MAX, le Milou diabolique, appartient à la série des "Diablotins" et l'autre représente Spoty le robot bleu héros de l'ouvrage éponyme. Cette dernière pièce est très originale par sont format très allongé, sa grande finesse et sa rareté.

image009.gif

Douceur infernale de MAX
aux Editions du Poteau (1995)

 

image003.jpg

Cette pièce est assez rare. Peu conventionnelle dans sa forme, le petit robot bleu reste un must dans l'histoire du pin's.
Cet exemplaire présente un léger défaut de polissage ( grille sur la tête ) très spécifique aussi des pin's EGF. L'émail recouvre une partie du cloisonnement et gomme un détail du dessin. Ce type de défaut permet d'évaluer le degré de qualité de fabrication d'une pièce, les émaux grand feu nécessitant un grand nombre de manipulations et finitions manuelles, dans une même série de fabrication certaines pièces présentent des niveaux de soins divers. Tout le charme de l'artisanat.

4063326.jpg

SPOTY le petit robot bleu.


 

Date de dernière mise à jour : 01/10/2014